skip to Main Content

De plus en plus d’entreprises en Europe sont prêtes à accepter des règles qui feront augmenter les prix de leurs produits et qui rendront la réparation plus attrayante. Voilà ce qu’a dit Xavier Houot du fabricant d’électronique Schneider Electric, le 30 septembre, à Bruxelles, pendant la conférence au sujet du rôle de la réparation et du recyclage dans l’économie circulaire. Selon Houot, l’Europe est mûre pour que l’on règle cela aujourd’hui.

À la conférence, qui se déroulait dans le bâtiment du Parlement européen, fut ressemblée une assistance international comprenant des eurodéputés, des représentants des organisations écologistes et consommatrices, des entreprises dans le domaine de la réparation et les fabricants des produits. La Fondation Repair Café y fut représenté aussi.

Pas par hasard
Ce n’est pas par hasard que la réunion fut organisée en début de l’automne où la Commission européenne doit décider dans quelle mesure elle veut consacrer ses efforts à la réalisation de l’économie circulaire, où la matière première ne deviendra pas du déchet après une première utilisation, mais sera recyclée encore et encore.

« Avant Noël, la Commission présentera ses projets dans ce domaine » disait Carsten Wacholtz de l’European Environmental Bureau (EEB), un des organisateurs de la conférence. « Alors c’est aujourd’hui qu’il faut souligner l’importance de la réparation et du recyclage au sein de l’Europe. »

Nouveaux modèles économiques
Toute l’assistance en était d’accord : c’est aussi le moment pour introduire de nouveaux modèles économiques, par exemple d’employer plus souvent la construction de leasing. Le fabricant reste propriétaire de son produit et donc aussi responsable que celui-ci fonctionne bien. « Cela encouragera les fabricants à fabriquer des produits durables et réparables » en disait Ida Auken, la ministre de l’Environnement au Danemark, il y a peu encore.

Pour montrer que la réparation n’est pas forcément difficile, on n’a pas seulement discuté pendant la conférence, mais aussi réellement réparé. Kyle Wiens et Thomas Opsomer de la plateforme de réparation iFixit ont montré à la salle comment on peut changer l’écran de son portable en dix minutes. « C’est bien évident qu’il faut disposer d’une bonne manuelle et de bons outils, » disait Wiens, « et c’est ce que iFixit essaie de fournir. »

Manifeste
Vous pouvez lire plus sur l’importance de la réparation dans l’économie circulaire, dans le manifeste que la Fondation Repair Café, ensemble avec entre autres iFixit et l’EEB, a publié sur ce sujet, ce printemps. Et regardez le video sur la conférence au Parlement européen!

Back To Top